L’herboristerie holistique

Dans l’herboristerie moderne, notre biais culturel pousse souvent les herboristes en herbe à  remplacer un médicament par une herbe: telle plante pour tel symptôme, tel problème, ou bien à penser qu’une plante va avoir le même effet pour chacun. Mais en herboristerie holistique, les choses sont un peu plus complexes …. et plus simple!

Simple car l’herboristerie est une pratique ancestrale. Nous avons tous des ancêtres qui utilisaient les plantes, et surement des pratiques familiales d’utilisation de plantes qui font tellement partie de notre vie de tous les jours qu’on ne se rend même pas compte qu’on fait de l’herboristerie:)

Simple car l’utilisation des plantes médicinales est une pratique vivante et dynamique qui s’inscrit dans l’intelligence du corps et de nos ressentis. Connaître une plante ne se résume pas à apprendre son nom et ses propriétés, mais à l’expérimenter (en s’étant assuré de sa non-toxicité bien sur!) , à la goûter, la préparer, l’observer, se rendre compte de ses effets par nous-mêmes,…   Si je vous dis le nom d’une personne et son métier, vous ne pouvez pas vraiment dire que vous la connaissez, pareil pour les plantes!

Souvent dans mes ateliers, lorsque je fais goûter des préparations de plantes à l’aveugle, les gens sont énormément surpris des propriétés qu’ils ont pu “deviner” de la plante juste en observant ce qu’ils ressentent dans leur corps!

Apprendre à connaitre les plantes peut prendre du temps, mais lorsque l’on apprend à travers l’expérience et en comprenant de quelle manière elles agissent dans notre corps plutôt qu’en apprenant des listes d’actions ou de propriétés par coeur, l’apprentissage se fait aisément, intuitivement, et nous gagnons par la même occasion, une connaissance plus approfondie du corps humain. Savez-vous par exemple que le goût d’une plante peut nous indiquer ses propriétés?

En herboristerie holistique ou vitaliste, on sait que le corps a une intelligence et une capacité innée à rétablir un équilibre de santé/une homéostasie; les plantes médicinales ne sont donc pas là pour soigner à proprement dit, mais pour accompagner le corps à faire ce qu’il sait déjà très bien faire. On est donc à l’écoute de la force vitale du corps, pour optimiser santé et vitalité.

Les symptômes et douleurs sont souvent un signal qu’il y a n déséquilibre et font partie du processus naturel de guérison du corps – de l’intelligence du corps (par exemple la fièvre qui est la réponse immunitaire du corps pour éliminer virus et bactérie; l’inflammation – lorsqu’elle n’est pas chronique – est le processus de réparation des tissus par le corps).



Bien que nous l’ayons oublié dans nos sociétés occidentales, la santé ne se limite pas au physique, mais est fortement influencé par notre état mental, émotionnel, notre style de vie, nos circonstances, nos relations, notre rapport à notre environnement et à la nature…

Les plantes sont de merveilleux médiums pour prendre soin de nous à tous ces niveaux et à nous rappeler l’intelligence de la nature et du rythme de ses saisons qui se reflète dans nos besoin et dans les besoins de notre corps.

Tout comme il existe un écosystème dans la nature, notre corps a son propre écosystème, son propre terrain – et en tant que productrice et herbaliste je continue à découvrir comment prendre soin de la Terre et prendre soin des humains est très similaire:) Si notre terrain/ notre sol interne est équilibré, les maladies, virus et toxines auront plus de mal à s’implanter.

La vocation première de l’herboristerie holistique est donc de préserver ou rétablir l’équilibre dans notre écosystèmes en intégrant les plantes médicinales dans votre vie de tous les jours.

Et ce n’est souvent pas compliqué à faire:) Nous le faisons déjà sans nous en rendre compte; car l’herboristerie était avant tout la médecine du peuple, elle reste donc simple, les préparations aussi, vous trouverez certainement tout ce qu’il vous faut déjà présent dans vos cuisines:)



J’ai également dit plus haut que l’herboristerie holistique pouvait être plus complexe,… mais pas vraiment! Il s’agit tout simplement de s’entraîner à un autre mode de penser; ce qui peut apparaitre complexe au 1e abord s’avère en fait assez simple!

Je m’explique: en essayant d’apprendre l’herboristerie en lisant/apprenant des listes de plantes, de propriétés et d’action des plantes, il n’est pas facile de tout retenir. Mais en rendant cette pratique vivante, ancrée dans le corps, dans l’expérience, et dans la connaissance intime des plantes, il est bien plus facile de se rappeler.

D’ailleurs, dans de nombreuses traditions, les guérisseurs passent de long mois,voir de longues années à connaitre une seule plante, qui n’a plus de secret pour eux, et avec 4 ou 5 plantes sont capable de remédier à de nombreux déséquilibres de santé (bien sûr, de nos jours il faut en connaître un peu plus avec toutes les nouvelles “maladies” qui se sont développées dû à notre mode de vie)

Lorsque l’on apprend à bien connaitre une plante, on connait son goût, quelle partie utiliser, quel type de préparation est le plus adapté, pour quel type de condition ou de personne elle est le plus adaptée,…

Entre en jeu ici la notion d’énergétique des plantes; rien d’ésotérique là-dedans, il s’agit tout simplement de connaître la manière dont une plante affecte l’énergie ans notre corps : est-ce qu’elle va être réchauffante, rafraichissante, asséchante, humdifiante, amener la circulation vers la périphérie, aider à disperses la chaleur, ….

Et c’est ce qui fait toute la différence quand à l’utilisation de la “bonne” plante pour la “bonne” personne. Je vous donne un exemple tout simple: une personne qui souffre de rhumatismes lorsque le temps est humide a une condition/tendance à l’humidité dans le corps (rétention d’eau, œdèmes,…). Utiliser une plante qui amène de l’humidité va surement aggraver sa condition; une plante qui va aider à faire circuler les fluides/l’eau va être plus adaptée. Si cette personne a lu que prendre du curcuma (un excellent modulateur de l’inflammation) est efficace pour les rhumatismes, elle trouvera surement que c’est le cas. Si une autre personne a lu la même chose, mais ses douleurs articulaires sont dues à un manque de fluide/humidité ou de tissus conjonctifs abîmés (pensez: les os frottent entre eux car il n’y a plus de protection pour les empêcher de se toucher), prendre du curcuma – qui est asséchant – pourrait aggraver les symptômes (le curcuma ne sera pas forcément inutile, mais il faudra l’accompagner d’une plante qui va équilibrer son côté asséchant).

Si vous avez envie de vous former à l’herboristerie vitaliste et holistique pour prendre soin de vous et de vos proches, jetez un coup d’œil sur la formation 2020 en 8 weekends.

Si vous voulez en lire un peu plus sur l’énergétique des plantes, rendez-vous ici

1 réflexion au sujet de “L’herboristerie holistique”

Laisser un commentaire